Cérémonie d'hommage académique au Professeur N'GONIAN Yao Dominique


Le Lycée Classique d'Abidjan avec à sa tête monsieur le proviseur à rendu un dernier hommage académique au professeur d'anglais M.N'GONIAN Dominique Yao décédé.

Des Directeurs Régionaux de l’Éducation Nationale ont pris part à cette cérémonie organisée par le Lycée. Plusieurs interventions ont eu lieu dont celles de Monsieur le proviseur, des enseignants du Lycée, particulièrement le Conseil d’Enseignement Anglais. Les élèves du Lycée ont aussi rendu hommage à leur professeur en déclamant des poèmes et en exécutant des chant.

AMNESTY INTERNATIONAL

Une forte délégation d'Amnesty International a pris part à la cérémonie d'hommage au militant N'GONIAN Dominique. Autour du porte parole, le chercheur d'Amnesty International pour l'Afrique de l'ouest et la responsable des campagnes venus tous deux de Dakar, les membres de la section locale ont tenu à rendre un hommage mérité au défunt. Au nom de la délégation, le porte parole s'est exprimé en ces termes."On pourrait peut-être se demander pourquoi Amnesty International ici et maintenant aux côtés de la famille biologique mais également de toute la communauté éducative? En effet, le Lycée Classique d'Abidjan est un partenaire pour Amnesty International dans le cadre de ses activités d' éducation aux droits humains, et le Professeur N'GONIAN Yao Dominique en est l'un des encadreurs. Je me souviens il y a quelques semaines, nous étions ici le 07 décembre précisément si j'ai bonne mémoire où nous avions animé une causerie débat sur "l'utilisation du téléphone portable"et le professeur N'GONIAN en était le modérateur. Plein de dynamisme, de dévouement et disponible pour la cause des droits humains, nous ne pouvons rester silencieux sans dire un mot, lui dire MERCI parce qu’il n'a pas vécu inutilement. Il a travaillé pour l’espèce humaine dans son entièreté. Il était disponible pour la culture des droits humains, mais je crois qu'il était aussi syndicaliste, donc un homme qui avait une vision, celle de faire en sorte que l'être humain partout où il est puisse vivre dans des conditions harmonieuses, soit instruit des droits et respectueux des droits des uns et des autres. Pour nous Amnesty International, dès que nous avions été informé du décès, nous avons commencé à lui rendre hommage sur notre page facebook. Mais il fallait que nous soyons présents ce jour pour lui rendre,devant frères et sœurs, amis et collègues un ultime hommage. Alors nous disons YAKO à la famille, et à toute la communauté éducative de la Côte d'Ivoire"


ORAISON A NGONIAN YAO DOMINIQUE

Eve Florence KOUASSI (animatrice CE anglais)

Ngonian Yao Dominique, Chairman, Cher collègue, Cher Camarade SG, Cher Frère, Cher Ami, je ne sais laquelle des appellations conviendrait pour t’apostropher, tant tu as fait montre de multiples facettes de ta personnalité le temps de ta présence parmi nous.Dominique, il y a à peine deux ans, ici même au Lycée Classique, tu rendais hommage à notre regretté collègue Pyrasse. Il y a à peine cinq mois, tu étais encore là, rendant hommage à notre regretté collègue Salif Diaz. Nul parmi nous ne doutait que c’est à toi qu’on s’adresserait ce jour, dans les mêmes circonstances. C’est l’occasion de se demander, quand s’arrêtera ce cycle funeste qui voit partir les professeurs du Lycée Classique d’Abidjan tant de façon inattendue qu’effroyable ? Que se passe-t-il ? Pourquoi cette série de disparitions subites des nôtres ?Chairman Ngonian, c’est dans ce décor d’incompréhensions et d’interrogations sans réponses que je dois m’adresser à toi, au nom de ta famille professionnelle la plus proche, le Conseil d’Enseignement Anglais que tu as dirigé pendant au moins cinq (05) ans. Difficile devoir, car je ne sais plus à laquelle de ta personne m’adresser. C’est le lieu de se demander, qui est NGONIAN Yao Dominique ?Né le 04 Août 1967 à Adjamé, c’est en 1987 que tu entres à la Faculté des Lettres et Sciences Humaines après ton brillant succès au Baccalauréat Série A2. Tu en sortiras avec une Licence en Anglais et c’est l’Ecole Normale Supérieure d’Abidjan qui t’accueille de 1994 à 1995 d’où tu sors en tant que Professeur Certifié d’Anglais. Après avoir servi à San-pédro, du 14 Décembre 1995 à Juillet 2005, c’est en Octobre de la même année que tu es muté au Lycée Classique d’Abidjan. Avec l’expérience qui est la tienne et malgré la rudesse de ce métier d’enseignant, ta volonté de te surpasser au travail, ton sens du devoir et du travail bien fait n’ont jamais été émoussés. Ainsi, au LCA, en plus de ta charge d’enseignant, tu fus superviseur du Club d’anglais, Responsable du Conseil d’Enseignement Anglais, Animateur de l’Unité Pédagogique Anglais, Responsable syndical durant le temps de ton service. C’est dans les méandres de toutes ces activités que tu avais encore le temps pour tes collègues que nous sommes, toutes disciplines confondues.En effet, aussi bien pour tes collègues du C.E. Anglais que pour l’ensemble du corps enseignant du Lycée Classique, ta disponibilité et ton engagement n’ont jamais fait défaut pour la défense de leurs intérêts. Ton engagement, tu ne trichais pas avec malgré le risque que tu prenais pour ta personne et pour ta famille. Qui ne se souvient de ton arrestation et ton internement au Commissariat Central du Plateau en 2013 alors que tu étais en pleine tournée de sensibilisation et de mobilisation pour la cause des enseignants ?En Juillet 2016, en plein examen du bac, en apprenant l’hospitalisation de notre regretté collègue Salif Diaz, c’est toute activité cessante que tu inities une levée de cotisation afin de lui venir en aide. Je ne dresserai pas ici toutes les autres actions du même genre posées en toute discrétion pour un ou une collègue éprouvée. Avec toutes ces activités qui étaient les tiennes, la question qui se pose est : avais-tu vraiment le temps pour toi-même et ta famille, Dominique ?Non, tu n’as jamais compté le temps pour toi-même. Jusqu’à ta 22ème année de service, en cette année scolaire, tu ne comptais toujours pas le temps. Ce qui comptait plus pour toi, c’est le bien-être du fonctionnaire ivoirien en général et de l’enseignant en particulier. Et c’est fort de ce principe, que ce Jeudi 19 Janvier 2017, tu es sorti de chez toi, sans savoir que c’était la toute dernière fois que tu partais de chez toi, laissant femme et enfants, pour répondre au devoir que ta conscience t’a toujours dicté : retrouver tes camarades de la Plateforme des Syndicats de la Fonction Publique pour assumer ta part de responsabilité. Là où, mettant à profit le temps de la grève, la plupart d’entre nous vaquaient à d’autres occupations d’intérêt personnel, toi, transcendant la recherche du bonheur individuel, tu es parti tout donner, donner tout toi, dans un ultime sacrifice pour l’intérêt général.En apprenant ta disparition au soir de ce samedi 21 Janvier 2017, l’incrédulité et l’incompréhension sont les premiers sentiments qui ont animé la plupart d’entre nous. Non, soit Ngonian Dominique s’est encore fait arrêté, soit qu’il est confondu à une autre personne. Telles étaient les fragiles consolations auxquelles nous nous accrochions. Mais la réalité s’imposait à nous de plus en plus implacable au fur et à mesure que le temps s’écoulait. Devant cette triste réalité, c’est avant tout à cet ami comique que tu es que j’ai pensé. Simplement parce que pour moi, Dominique, tu étais certainement en train de nous raconter une de ces histoires drôles dont toi seul as le secret quand il s’agit de détendre l’atmosphère dans des situations aussi dramatiques que pathétiques. Aujourd’hui encore, nous en sommes à nous demander. Mon gars, dis-nous, franchement tu es sérieux-là ? Tu ne vas quand même pas nous dire que tu t’en es allé…définitivement.Hélas, je dois me résoudre à cette triste réalité. Et pourtant il serait inacceptable que la tristesse prenne le dessus. C’est un sentiment auquel tu ne nous as pas habitués. A la fois gai et drôle, ta vie nous l’a prouvé et ce n’est pas ta mort qui nous y forcerait. Alexandre Jardin, écrivain, cinéaste et pamphlétaire français, nous dit que « Ce n’est pas la mort qui est triste, mais ce que nous faisons de nos vies. ».NGONIAN Yao Dominique, Chairman, Cher Collègue, Cher Camarade de lutte et ami, ce que tu as fait de ta vie nous donne des motifs réels de ne pas être triste. C’est plutôt des sentiments de fierté, d’espoir, de respect qui nous dominent. Salut Dominique pour ce que tu as été, pour ce que tu es et pour ce que tu resteras pour nous. Tu as tout donné. Tu as joué ta partition jusqu’au bout. Ici s’arrête ton combat. C’est à nous de ne pas réellement te tuer en t’oubliant. Comme le dit un proverbe malgache, « Les morts ne sont réellement morts que lorsque les vivants les ont oubliés. ». Tu continueras de vivre en nous et pour nous.Nous prions afin que Dieu nous aide à ne pas t’oublier.Adieu Dominique. Vas en paix. Comme le disent les anglophones Rest in Peace .

Ce mercredi 22 février 2017, le Lycée Classique a rendu un hommage à Mister M'GONIAN Yao Dominique ,professeur d'Anglais décédé.

#Hommage

74 vues

000395

CÔTE D'IVOIRE, Cocody 

       22445451

        08 Bp 39 Abidjan 08      

               infolyceeclassiqueabidjan@gmail.com            

 ©Copyright 2017  Lycée Classique Abidjan |  fait par Lycée Classique      

Compteur de visite